Le 17 janvier 2019
Temps de lecture: 2 min.
Partager

La passion du vin, du Japon à Bordeaux

Très jeune dans la ville d’Hiroshima, Osamu Uchida était déjà habité par cette envie de travailler dans le vin. Un enthousiasme encouragé par ses parents, eux-mêmes cavistes. « J’ai toujours été attiré par le vin et la culture française de manière générale » assure-t-il. Un rêve qui le pousse à sauter le pas en 1999 et à s’installer dans l’hexagone.

Il se met alors à étudier le français et se lance dans des études de viticulture et d’œnologie avant d’approfondir ses connaissances avec le DUAD (Diplôme universitaire d’aptitude à la dégustation).

Véritable passionné, il en profite également pour parcourir la France et aller à la rencontre des viticulteurs. Il visite ainsi près de 300 domaines et effectue des stages dans différentes régions et châteaux pour apprendre de leur expérience. Un périple exaltant qui l’amènera à s’établir définitivement à Bordeaux.

Comme il aime à le dire, c’est presque par hasard qu’il est arrivé à Bordeaux, mais cette découverte l’a profondément marqué. Il est particulièrement touché par l’histoire du vin dans la région et les terroirs qui ont fait sa réputation.

 

Un vignoble médocain à taille humaine

Il rêve alors des vignobles du Médoc, région réputée pour ses crus classés d’exception et ses châteaux anciens, gardiens d’un patrimoine viticole et historique incroyable. Mais, très rapidement, il découvre une nouvelle facette de ce territoire qui s’avère encore plus intéressante à ses yeux : « le contact humain dans la tradition du vin ». Décidé à s’y installer, il y cherche une petite parcelle. Produire son propre vin entouré de prestigieux voisins est pour lui un rêve qui lui apporte une grande motivation.

Après de multiples recherches, il trouve enfin 60 ares de vignes de Cabernet Sauvignon en fermage (un bail permettant au propriétaire de confier ses terres à un agriculteur). Il est alors parfaitement heureux, car ce cépage est indéniablement son favori, « son acidité lui permet de se conserver longtemps en bouteille, mais il peut aussi s’apprécier dans sa jeunesse ».

Afin de délivrer une expression très pure du fruit et mettre en place une viticulture durable, à laquelle il tient, il travaille le plus possible à la main. Ses raisins, récoltés à maturité optimale, sont ensuite vinifiés traditionnellement dans son garage, non loin du Château Mouton Rothschild, un contraste qu’il aime à rappeler.

 

Formateur à l’École du Vin de Bordeaux pour l’amour du partage

Pour être viticulteur, selon Osamu Uchida, « il faut être passionné, avoir de la patience et de l’endurance, mais aussi de l’humilité et de l’ouverture d’esprit ». Des qualités qu’il applique également dans son rôle de formateur pour l’École du Vin de Bordeaux : une magnifique opportunité qu’il a su saisir pour transmettre ses connaissances et « recevoir énormément de la part des participants ».

La théorie qu’il a assimilée pendant ses études rejoint alors son expérience dans les vignes et son point de vue unique, de viticulteur japonais. Une alliance qui permet d’offrir aux élèves de l’École du Vin de Bordeaux une expertise à la fois insolite et incroyablement riche de notre vignoble.

Derniers articles

X

Voulez-vous vraiment annuler votre cours?

Oui

Non

X

Are you sure you want to cancel your session?

Oui

Non

X

Êtes-vous sûr de vouloir clôturer votre cours?

Yes

No