03 novembre 2021
Temps de lecture: 5 min.
Partager

Bonjour Fabrice, pouvez-vous nous résumer vos différentes casquettes dans l’univers du vin ?

Je suis aujourd’hui œnologue, conseiller en vins chez Carrefour, importateur et distributeur, professeur d’œnologie, formateur pour les professionnels et les particuliers et formateur accrédité de Bordeaux. Je suis aussi brand ambassadeur d’une vingtaine de propriété dont des Bordelaises sur le marché belge et je suis récemment devenu copropriétaire d’un Château à St Emilion à Bordeaux.

Qu’est-ce que cela vous a apporté d’être formateur accrédité ?

De la crédibilité je pense, que ce soit au niveau des formations mais aussi au niveau professionnel. Cela m’a beaucoup apporté en termes de connaissances. Les personnes qui nous forment à L’École du vin de Bordeaux sont très compétentes, certaines sont d’ailleurs des vignerons eux-mêmes. Les formations que l’on reçoit sont donc d’un très bon niveau et cela m’a permis d’approfondir mes connaissances et de me rapprocher des vins de Bordeaux.

Comment voyez-vous l’intérêt des jeunes pour le vin et les formations ?

Il y a énormément de demandes de formations chez les jeunes de moins de quarante ans. Les jeunes s’intéressent aux vins et veulent en savoir plus. L’intérêt pour le vin arrive parfois même en dessous de 25 ans. Encore ce soir, j’ai un cours avec des étudiants parmi lesquels il y a un jeune couple de 21 ans.

Remarquez-vous des différences en termes d’attentes vis-à-vis des formations entre les générations ?

Bien entendu. Au niveau des formations, j’ai une forte demande du côté des jeunes qui veulent déguster de tout. Ils sont très aventureux dans leurs désirs de découverte et sont plus ouverts à des propositions moins classiques. Je peux donc leur proposer d’autres appellations bordelaises, plus récentes et innovantes, comme des vins issus des Côtes de Bordeaux (des vins rouges plus légers) ou encore un excellent Sweet Bordeaux très tendance. Il se boit nature ou en cocktail pour débuter un apéritif original. Les générations plus âgées au contraire, auront tendance à vouloir se former sur des vignobles plus traditionnels comme les domaines très connus de Bordeaux par exemple.

Que pensez-vous de l’importance de se former pour un professionnel ?

Je dirais que c’est primordial, indispensable et même obligatoire. Moi qui suis conseiller en vin chez l’enseigne Carrefour, j’estime que c’est important que les responsables de rayon soient formés. C’est essentiel pour qu’ils puissent conseiller leurs clients de la meilleure manière. Je suis moi-même le premier à continuer à me former auprès des vignerons et d’autres collègues formateurs. Il faut toujours être à l’écoute. Par exemple, l’année prochaine, il va y avoir un nouveau classement pour les vins de St Emilion. J’estime important de le savoir et de se tenir au courant de manière générale de l’évolution du vignoble.

La plupart des formateurs de l’École du vin de Bordeaux sont des professionnels de terrain, que pensez-vous que cela apporte aux formations ?

Pour moi, un formateur est obligatoirement une personne de terrain. C’est essentiel pour la qualité de formation et de transmission d’expérience. Il y a évidemment de la théorie à connaitre c’est certain mais rien ne vaut le terrain selon moi. Samedi passé, j’étais encore avec un vigneron en Franc Côtes de Bordeaux. J’ai appris plein de choses, par exemple sur son cahier des charges et cela je peux le transmettre à mes apprenants durant mes formations.

Vous valorisez beaucoup les visites en région en tant que formateur ?

Bien entendu, en temps normal je suis dans les vignobles toutes les 6-7 semaines et je suis à Bordeaux 10-12 fois par an. Quand vous êtes accueilli par des vignerons du bordelais pendant deux ou trois jours, cela équivaut à six mois de formations théoriques pour un professionnel. Finalement, ce sont eux qui connaissent les terroirs, les produits à mettre ou à ne pas mettre sur le pied de vigne ou sur le raisin. Ce sont des échanges passionnants.

Vous aussi partez à la rencontre des vignerons grâce à notre article « Écotourisme, mieux comprendre le vignoble »

Quels sont les différences dans votre approche pour susciter l’intérêt de vos apprenants ?

Pour les professionnels, j’insiste plus sur des faits et la technique pour qu’ils puissent les transmettre à leurs clients. Je cherche à développer leurs connaissances sur le produit. Pour les particuliers, je travaille plutôt sur la notion de terroir, la géographie et l’histoire.

Qu’est ce qui fait le succès d’une formation ?

C’est le dynamisme le plus important, il faut que ce soit vivant. Il s’agit de créer le lien entre le professeur et les apprenants autour d’une passion commune. Personnellement, j’apprécie plus de donner des formations en plus petit comité justement parce que je suis à la recherche de cette connexion. Je souhaite pouvoir m’approprier la formation et la rendre personnelle.

Vous avez un souvenir de formation que vous souhaitez nous partager ?

Il y’en a énormément.  Je pense à une personne qui était venue à un cours offert par sa compagne pour ses trente ans. Cet étudiant a vraiment accroché et est venu ensuite à une série de formations, et m’a même accompagné plusieurs fois sur le terrain notamment à Bordeaux. Il était kinésithérapeute à l’époque et il est finalement devenu conseiller en vins chez l’enseigne Delhaize en Belgique.

Pour en savoir plus sur Bordeaux et l’enseigne Delhaize, rendez vous sur notre article Tenez-vous prêt (e) pour le début de la foire aux vins

J’ai eu aussi plusieurs apprenants qui étaient en dernière année de sommellerie en Belgique et qui travaille maintenant dans des hôtels prestigieux notamment à Londres.

Tout peut arriver dans une formation, j’ai même assisté à une demande en mariage.

 

Quelle est votre plus grande fierté en tant que formateur ?

C’est de réussir à transmettre la passion du vin aux personnes qui suivent mes cours. Je ressens de la fierté lorsque j’ai suscité suffisamment d’intérêt chez les apprenants pour qu’ils continuent à se former et les voir parfois même s’accomplir dans le monde du vin.

Vous aussi vous désirez vous former et en apprendre plus sur les vins de Bordeaux ? Découvrez l’ensemble de nos formations ici.

Derniers articles

X

Voulez-vous vraiment annuler votre cours?

Oui

Non

X

Are you sure you want to cancel your session?

Oui

Non

X

Êtes-vous sûr de vouloir clôturer votre cours?

Yes

No